Cancers du sein sans envahissement ganglionnaire : quelle chimiothérapie ?

Publié le par C Bohec

Depuis la parution d'une méta-analyse en 2005, il est établi que, pour les patientes atteintes d'un cancer du sein de stade précoce, un traitement adjuvant (réalisé après la chirurgie) faisant appel à une combinaison de chimiothérapies réduit le risque de récidive et allonge la durée de survie.

Des études plus récentes ont montré que l'ajout d'une chimiothérapie à base de taxane à ce traitement apportait un bénéfice supplémentaire pour les patientes atteintes d'un cancer du sein avec envahissement ganglionnaire. Mais qu'en est-il pour la majorité des patientes qui, atteintes d'un cancer du sein opérable, n'ont aucun ganglion positif?

Publiés dans le New England Journal of Medicine, les résultats d'un essai européen apportent une réponse à cette question.

Dans la discussion de leurs résultats, les auteurs apportent des éléments quantitatifs à « la controverse sur le recours à une chimiothérapie adjuvante chez les patientes atteintes d'un cancer du sein de stade précoce et de bon pronostic ».

Lire la synthèse sur le site de l'INCa

Adjuvant Docetaxel for High-Risk, Node-Negative Breast Cancer, New England Journal of Medicine, vol. 363, pp. 2200-2210, 2010 (résumé)

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article