Plan Cancer 2009-2013, 4ième rapport d'étape : des avancées, des efforts à poursuivre

Publié le par C Bohec

4PCLe quatrième rapport sur l'avancement du Plan cancer 2009-2013 a été remis en cette fin février 2012.


Ce second plan cancer a été doté de 1,95 milliard d'€ sur 5 ans, 531 millions  ont été consommés entre 2009 et 2010 et 400 millions en 2011.

 

Selon le document remis au  Président de la République, l’essentiel des mesures du Plan semblent progresser selon le calendrier prévu, et devraient permettre la réalisation des objectifs fixés d’ici 2013.
Toutefois, certaines actions du Plan cancer présentent un retard, ou ne parviennent pas encore à atteindre les résultats attendus.

Du mieux au niveau de la Recherche

Le nombre de patients participant aux essais cliniques en cancérologie a augmenté de près de 60 % même si comme on dit "pudiquement", il existe des marges de progression (chez les personnes âgées par exemple). (*)

La place de la France dans la recherche sur le cancer au niveau international se renforce avec 16 centres d'essais cliniques de phase précoce sont soutenus (INCa-ARC) en partenariat avec le National Cancer Institute américain.

Des prises en charges qui s'améliorent, des traitements innovants plus accessibles.

Le nombre de patients bénéficiant des tests de génétique moléculaire, qui déterminent l'accès à aux nouveaux traitements, a doublé (plus de 61 000 patients en 2010).  Les thérapies ciblées, qui concernent aujourd'hui 7 localisations de tumeurs, sont accessibles pour tous les patients.


Pour garantir la qualité et la sécurité des soins, des visites de conformité pour les 885 établissements de santé autorisés pour le traitement du cancer ont été réalisées par les ARS (agences régionales de santé).

A noter qu'à l'heure actuelle nous ne connaissons pas encore les résultats régionaux de ces visites, c'est à dire quels établissements ont vus leurs autorisations de soins être confirmées sans réserve, avec réservé ou qui a perdu sa légitimité à offrir des soins en cancérologie (*).

 

Des prises en charges adaptées se structurent pour répondre aux besoins spécifiques des enfants et adolescents atteints de cancer, des personnes âgées, ainsi que des personnes souffrant de cancers rares.

On pourra néanmoins regretter que des résultats tardifs à des appels à projets retardent en retarde la mise en place sur le terrain (ex en oncogériatrie) (*)

Une attention particulière à l'accompagnement des patients

La qualité de la prise en charge implique aussi la coordination entre les professionnels de santé en ville et à l'hôpital. Ainsi les parcours personnalisés des patients pendant et après le cancer ont été expérimentés auprès de 9 200 patients dans 35 sites pilotes.
Pour faciliter l'accès aux assurances et au crédit, la mise en œuvre effective des engagements pris par les fédérations du secteur de la banque et des assurances dans la nouvelle convention AERAS fait l'objet d'une vigilance particulière.

MAIS des points à surveiller, des efforts à poursuivre 

Une évolution de la démographique médicale en cancérologie qui reste en deçà des objectifs

Face à la triste réalité de la démographie e Plan cancer affiche un objectif ambitieux d’augmentation de 20 % d’ici à 2013 des effectifs d’internes, mais aussi des postes hospitalo-universitaires dans les spécialités liées à la cancérologie (oncologie médicale et radiothérapie, anatomocytopathologie, hématologie). Or si les postes d'internes évoluent comme prévu, l’évolution constatée des postes de PUPH et MCUPH traduit une stabilité des effectifs en cancérologie et en hématologie entre 2009 et 2011 et même une diminution des postes en anatomocytopathologie entre 2008 et 2009.

Des attentes déçues en terme de prévention et dépistage

la prévalence du tabagisme en France ne diminue pas (elle reste à 31 % parmi les 15-85 ans6 - la cible fixée par l’Organisation mondiale de la santé étant de 20 %). Les campagnes de dépistage tant du cancer du sein que du cancer colo-rectal n'atteignent pas les objectifs assignés  (et sont de plus en plus remis en cause (*))

Des efforts à soutenir pour mettre en oeuvre les mesures prévues afin d’améliorer la vie pendant et après le cancer 

 

Des efforts à poursuivre dans l'information du patient sur sa prise en charge

Des efforts restent nécessaire pour diffuser la culture du "PPS" programme personnalisé de soins, PPS encore trop peu remis aux patients et patientes ou en tout cas remis de façons inégales selon le type de cancer dont sont atteints les malades puisqu'actuellement seul 25 % en bénéficient pour une cible fixée à 80 % en 2013 comme le montre le suivi des indicateurs présent dans le rapport. (*)

On pourrait enfin rajouter que la mise en oeuvre maintenant réglementaire des dispositifs d'annonce au sein des établissements est encore trop hétérogène sachant que seuls 62 % des patients en bénéficient comme le montre les indicateurs chiffrés du  document.(*)

 

EN SAVOIR PLUS

Télécharger le document

 

Lire le communiqué de presse

 

(*) en italique les commentaires de la rédactrice de ce post.

Publié dans Plan Cancer

Commenter cet article