Le dépistage du cancer du sein fait (encore) moins recette ..

Publié le par C Bohec

Pour la première fois l'Institut national de veille sanitaire (INVS) fait état en 2010 d'une baisse de la participation au dépistage du cancer du sein avec 52% versus 52,3% en 2009.

Si quelques régions tirent leur épingle du jeux (dont la Bretagne qui depuis toujours - 1995 s'est appuyée sur les médecins généralistes) avec un taux de participation supérieur à  60%, d'autres atteignent péniblement les 45% de taux de participation . Paris est le mauvais élève et dernier de la classe avec 27,1%

 

Sachant qu'un dépistage spontané  (mammographie faites en dehors de signe clinique et hors campagne  de dépistage) en France est fait par environ 10%  des femmes des femmes en âge d'avoir un dépistage,  le taux global de couverture mammographique des femmes de 50 à 74 ans est d'environ 65% soit loin des 70% définis comme objectif au niveau européen.

 

Lassitude ? augmentation du dépistage spontané ? difficultés à toucher certaines catégories de femmes en situation vulnérable pour lesquelles le dépistage n'est pas une priorité ?? réticence maintenant connue de certains professionnels :  Seul l'avenir (et des études complémentaires) nous le dirons.

 

Consulter le communiqué de l'INVS

INCa : le dépistage du cancer du sein

Prescrire : "pour un choix éclairé des femmes" mai 2006

Publié dans Dépistages

Commenter cet article