Le cancer en France en 2012 : épidémiologie, prise en charge et focus sur les inégalités de santé

Publié le par C Bohec

http://www.e-cancer.fr/images/stories/Publications/situation-cancer-2012.gifChaque année l’Institut national du cancer propose une synthèse des données disponibles sur les cancers en France, pour éclairer décideurs et acteurs, mais également de rendre compte au grand public des avancées (et/ou  des difficultés) dans la lutte contre le cancer. 

On y retrouve cette année, en plus des données classiquement présentes dans ce type de rapport (épidémiologie, données de dépistages etc ...), un chapitre dédié aux inégalités de santé liées aux cancers (chap 7). Malgré l'élévation de l'espérance de vie, les inégalités sociales de santé se sont creusées dans notre pays lors des dernières décennies et sont même mises en exergue par rapport à d'autres pays européens. Or bien que la lutte contre ces inégalités soient une priorité majeure affectée au second plan cancer, ces dernières  sont particulièrement importantes dans le domaine des cancers : les personnes issues des catégories socioprofessionnelles les moins favorisées sont plus touchées et décèdent plus que les autres.


 Le chapitre « Épidémiologie des cancers » reprend les données d’incidence, de mortalité, de survie et de prévalence déjà présentées (l'actualisation devrait être publiée en mars 2013) sauf pour la pédiatrie.

A retenir :

- Nombre de nouveaux cas estimés de cancer en 2011 = 365 500 (207 000 hommes et 158 500 femmes).

- Nombre de nouveaux cas de cancer chez les moins de 15 ans sur la période 2004-2008 = 1 700 cas en moyenne par an (un enfant sur 500 sera atteint d'un cancer avant sa seizième année).

- Taux d’incidence (standardisé monde)  en 2011 = 382,7 pour 100 000 hommes et 268,5 pour 100 000 femmes.
- Âge moyen au diagnostic en 2005 = 67 ans chez l’homme et 64 ans chez la femme.
- Décès : nombre estimés en 2011 = 147 500 (84 500 hommes et 63 000 femmes). Taux de mortalité (standardisé monde) en 2011 = 138,6 pour 100 000 hommes et 77,6 pour 100 000 femmes. La survie globale à 5 ans des enfants atteints de cancer est estimée à 82 % sur la période 2000-2007.
- Survie : relative à 5 ans des patients diagnostiqués entre 1989 et 1997 = 52 % (44 % chez l’homme et 63 %
chez la femme). La survie globale à 5 ans des enfants atteints de cancer est estimée à 82 % sur la période 2000-2007.

Des focus sont faits sur les localisations les plus fréquemment rencontrées.

 

Le chapitre « Prévention vis-à-vis des principaux facteurs de risque » synthétise les données sur le tabac, l’alcool, l’alimentation, la nutrition, l’activité physique, l’environnement, les expositions professionnelles et les agents infectieux.

 

Le chapitre « Dépistage » présente les principales données issues des programmes de dépistage organisé (cancers du sein, du côlon-rectum et du col de l’utérus) et de dépistage à titre individuel (cancers de la prostate, mélanome cutané).

 

Le chapitre « L’offre de soins » rapporte des données relatives à l’organisation des soins en cancérologie à savoir le dispositif d’autorisation, les réseaux régionaux de cancérologie (RRC), le dossier communicant en cancérologie (DCC), l’oncopédiatrie, l’oncogériatrie ou encore les cancers rares. Ce chapitre s'inspire des données du PMSI, de l'observatoire de la radiothérapie, les rpports d'activité des unités d'oncogénétique, des réseaux régionaux de cancérologie etc ...

Quelques chiffres :

- Nb de personnes atteintes de cancer hospitalisées et traitées spécifiquement pour leur cancer dans les établissements MCO (hors activité de radiothérapie dans le secteur privé libéral) : 748 713 en 2011 (+ 8,4 % par rapport à 2005).

- 9 personnes sur 10 traitées pour leur cancer sont âgées entre 18 et 84 ans en 2011.
- L'âge moyen des personnes traitées pour cancer est de 62,4 ans avec une médiane de 64 ans.

- 50 % des personnes traitées sont prises en charge pour les cancers digestifs, du sein et cutanés.

- Activité : Ceci correspond à près de 5 millions de séjours et de séances de prise en charge en cancérologie (hors activité de radiothérapie en secteur privé) en 2011. Près de 2,2 millions de séances de radiothérapie estimé dans le secteur privéen 2011 (dont près de 96 % dans les cabinets libéraux). Plus de 6,1 millions de séances de chimiothérapie et de radiothérapie  en 2011 (près de 86 % des prises en charge de cancer des établissements MCO)
-> L’activité de cancérologie représente près de 20 % de l’activité hospitalière globale.


En 2011, les dépenses (hors séances de radiothérapie réalisées dans le secteur libéral) liées à la prise en
charge du cancer sont estimées à 4,6 milliards d’euros dans les établissements de court séjour :
40 % pour les séjours de chirurgie carcinologique 24 % pour lachimiothérapie (hors molécules anticancéreuses) et 11 % pour la radiothérapie. 

 

En 2011, les dépenses relatives aux molécules anticancéreuses facturées en sus des prestations
d’hospitalisation de court séjour s’élèvent à près de 1,46 milliard d’euros dont 30 % pour le secteur privé.
Une tendance à la stabilisation des dépenses est enregistrée pour la première fois.
Les thérapies ciblées représentent près de 66 % des dépenses d'anticancéreux (inscrits sur la liste en sus) pour le secteur public et 75 % pour le secteur privé.

Le chapitre « Vivre avec » présente les différentes actions ou dispositifs mis en place depuis 2006 pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes d’un canceret détaille les projets de PPAC (projets personalisées de l'après cancer) le recours aux organismes de crédits les retours à l'emploi etc ....

 

Le chapitre inégalités de santé (page 290)

Comme le dit son introduction "Ce chapitre tente d’apporter un éclairage sur les inégalités de santé, et rassemble certains éléments sur les données ou indicateurs contribuant à approcher leur expression dans le champ des cancers. Il vient compléter les informations présentées par ailleurs comme les inégalités territoriales d’incidence et de mortalité (cf. chapitre 2 « Épidémiologie des cancers ») ou de participation au dépistage organisé du cancer (cf. chapitre 4 « Dépistage »), face aux facteurs de risques (cf. chapitre 3 « Prévention vis-à-vis des
principaux facteurs de risque ») ou à la prise en charge (cf. chapitre 5 « Offre de soins » et chapitre 6
« Vivre pendant et après le cancer »)."

 

Le chapitre «La recherche » apporte une vision d’ensemble sur l’organisation, les structures et les moyens de la recherche en cancérologie

 

En savoir plus

 

Communiqué de presse de l'INCa

icon La situation du cancer en France en 2012 (10 MB)

 

Accéder au portail des données du cancer sur le site de l'INCa

 

icon La situation du cancer en France en 2011 (15.57 MB)

icon La situation du cancer en France en 2010 - actualisation de mars 2011 (5.58 MB)

 

 

 

Publié dans Epidémiologie

Commenter cet article