INVS : Doses délivrées aux patients après une radio, un scanner ...

Publié le par C Bohec

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN)  a averti le mercredi 30 mars 2011 que l'augmentation rapide des doses de radioactivité délivrées aux patients lors des examens par imagerie médicale, en particulier les scanners, était devenue un "souci majeur" en France. 

Or l’IRSN et l’InVS collaborent depuis 2003 afin de mettre à disposition des autorités publiques, des professionnels et du public, des données actualisées relatives à l’exposition de la population liée aux actes de diagnostic médical utilisant les rayonnements ionisants. Dans le cadre de cette collaboration, une enquête a été réalisée en 2008/2009 auprès de 50 services de radiologie du secteur hospitalier public.

 

Les études menées ont permis le calcul, pour différents types d’actes, des doses moyennes délivrées aux organes situés dans le volume exploré ainsi que celui de la dose efficace moyenne. Compte tenu des limites du concept de dose efficace en radiologie, cet indicateur dosimétrique devrait être complété par la dose délivrée aux organes les plus radiosensibles situés dans le volume exploré. les données ont été comparées aux recommandations de pratiques.

 

Ce rapport très technique, destiné aux professionnels doit permettre entre autre :

  • un choix éclairé des examens à faire associant les bénéfices attendus et les risques associés (en cas de cumul d'examen) : autrement dit se poser la question d'un scanner en cas de migraine, question qui se pose différement dans un bilan d'extention d'une pathologie cancéreuse.
  • une vigilance accrue des radiologues sur les contrôles qualité de leurs appareils afin que la dose délivrée normalement ne soit pas dépassée par un "réglage" ou contrôle inaproprié.On remarque ainsi dans l'analyse des résultats que certains examens pédiatriques dépassent les valeurs recommandées

 

 

Consulter le rapport

Article "Radiations médicales : mettre le frein sur les scanners oui si le nombre d'IRM augmente !"

Publié dans Santé Publique

Commenter cet article