Etude des délais de mise en route des traitements après une intervention pour cancer du sein

Publié le par C Bohec

delaiseinPourquoi une telle étude .

Les délais de mise en oeuvre des traitements du cancer du sein sont importants à maîtriser. Au delà de l'aspect psychologique positif pour les patientes (qui portent souvent bien leur nom) de traitements débutés rapidement, des études ont montré qu'au delà d'un certain temps tout retard pouvait être préjudiciable pour les patientes.

C'est ainsi qu'une mise en route trop tardive d'une chimiothérapie ou d'une radiothérapie,  a fortiori plus de  12 semaines après la chirurgie initiale, pouvait entraîner une perte de chance, c'est à dire avoir une répercussion sur les taux de survie. (voir bibliographie ci dessous)

 

 Les centres de coordination en Cancérologie (3C) bretons avec le réseau Oncobretagne ont donc réalisé une étude sur l'ensemble de la région afin d’évaluer les délais de prise en charge du cancer du sein puis  si cela s'avérait nécessaire  (et possible : la démographie médicale étant ce qu'elle est !!!) d'engager des mesures correctives. Il s'agit bien ici d'évaluation des pratiques professionnelles. 

 

Comment a-t-elle été menée

 

Une étude régionale menée précédemment (sur près de 1 400 dossiers de patients  atteints de nouveaux cas de cancers) avait montré que plus de 90 % des femmes atteintes de cancers du sein ou de cancers gynécologiques bénéficiait du passage de leur dossier en réunion de concertation pluridisciplinaire  (RCP).

Il a donc été décidé de mener une analyse rétrospective sur un temps donné des  dossiers des femmes atteintes de cancer discutés dans les RCP bretonnes.

L'étude 2010 sur les délais a permis d’analyser 248 dossiers de patientes ayant un cancer du sein invasif, non métastatique et sans chimiothérapie néo-adjuvante (chimiothérapie mise en route avant la chirurgie).
L’objectif principal était d’évaluer le délai de mise en route du premier traitement adjuvant après l'intervention chirurgicale initiale.

 

Des résultats plutôt positifs


Les résultats de cette étude montrent que si quasiment la totalité des patientes bénéficient d’un traitement adjuvant de chimiothérapie dans les 12 semaines suivant la chirurgie et 70% dans les 6 semaines, un délai de mise en route de la chimiothérapie dans les 30 jours reste difficile à tenir.


Quand le premier traitement adjuvant est une radiothérapie, 93 % de ces traitements sont mis en œuvre en moins de 12 semaines, délai de référence, et plus de 65% dans les 8 semaines, mais descendre sous les 6 semaines reste visiblement problématique.

 

Quant aux patientes reprises chirurgicalement, 2/3 d’entre elles sont ré-opérées dans les 40 jours  suivant l'intervention initiale (délai moyen 33,8 jours).


Pour les quelques cas de patientes ayant eu des délais importants de mise en route des traitements adjuvants, il conviendra d’analyser plus finement les dossiers à la recherche des causes médicales possibles  par exemple un «défaut de cicatrisation», une anatomopathologie difficile nécessitant une relecture des lames etc. En leur absence, les carences d'organisation doivent être recherchées afin qu'elles ne se reproduisent pas. Cependant, il est rassurant de constater que  ces cas restent exceptionnels.
Le délai qui semble le plus impacter les durées de prise en charge est celui entre le passage du dossier de la patiente en réunion de concertation pluridisciplinaire et le démarrage effectif du traitement adjuvant.

 

La conclusion : maintenir la vigilance

 

Si les délais observés sont considérés à juste titre comme trop longs par nombre de femmes confrontées à l'attente, les résultats montrent que les prises en charge  restent dans des délais corrects même s'ils doivent, autant que faire se peut, être améliorés.

 

Cette étude devra sans doute être épisodiquement refaite afin de s'assurer de la poursuite de la maîtrise des délais de prise en charge sur la région et de la correction des retard observés.

Elle nécessitera également d'être étendue à la période pré-opératoire (délai entre le dépistage et l'intervention chirurgicale).

Il est à noter qu'une étude similaire sur les délais de prise en charge des cancers du colon est programmée sur le dernier semestre 2011 en Bretagne.

 

Télécharger le rapport d'étude sur le site oncobretagne

 

Bibliographie

 

-Influence of delay on survival in patients with breast cancer: a systematic review
Richards MA, Westcombe AM, Love SB, Littlejohns P, Ramirez AJ.
Lancet 1999;353(9159):1119-26. (enregistrement gratuit sur le site donnant accès au document).

 

-L'effet du délai de la radiothérapie adjuvante sans chimiothérapie sur le traitement conservateur du cancer du sein : revue systématique
Rolf Heinmüller pour l'Agence d'évaluation des technologies et des modes d'intervention en santé du Quebec (ETMIS)
ETMIS 2006; vol. 2, no 7 - Montréal, 2006, 72 p.

 

-Rôle du délai chirurgie conservatrice-radiothérapie sur les rechutes locales du cancer du sein avec envahissement ganglionnaire 
M Benchalal, P Boisselier, B de Lafontan, D Berton-Rigaud, Y Belkacemi, P Romestaing  and al.
Bulletin du Cancer. Volume 93, Numéro 3, 303-13, Mars 2006, Article original

 

- The sequencing of chemotherapy and radiation therapy after conservative surgery for early-stage breast cancer

 Recht A, Come SE, Henderson IC et al.

N Engl J Med. 1996 May 23;334(21):1356-61. 

 Analyse : "Retard à la radiothérapie fait le lit de la rechute (proverbe molvanien)" (France-Cancer)

 

-Delay in initiating adjuvant radiotherapy following breast conservation surgery and its impact on survival.
Hershman DL, Wang X, McBride R et al.
Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2006 Aug 1;65(5):1353-60. Epub 2006 Jun 9

Analyse : "Retard à la radiothérapie fait le lit de la rechute (proverbe molvanien)" (France-Cancer)

 

-The effect of timing of radiotherapy after breast-conserving surgery in patients with positive or close resection margins, young age, and node-negative disease, with long term follow-up.
Vujovic O, Cherian A, Yu E et al.
Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2006 Nov 1;66(3):687-90. Epub 2006 Sep 1.

  Analyse : "Retard à la radiothérapie fait le lit de la rechute (proverbe molvanien)" (France-Cancer)

 

-Timing of radiotherapy and survival benefit in breast cancer.
Jobsen JJ, van der Palen J, Ong F, Meerwaldt JH.
Breast Cancer Res Treat. 2006 Oct;99(3):289-94. Epub 2006 Apr 5.

Analyse : "Mieux vaut tard que... trop tôt." (France-Cancer)

 

-Impact on survival of time from definitive surgery to initiation of adjuvant chemotherapy for early-stage breast cancer.
Lohrisch C, Paltiel C, Gelmon K et al.
J Clin Oncol. 2006 Oct 20;24(30):4888-94. Epub 2006 Oct 2.

Analyse : "Chimiothérapie adjuvante dans le sein : attention au calendrier." (France-Cancer)


- Does timing of adjuvant chemotherapy influence the prognosis after early breast cancer ? Results of the Danish Breast Cancer Cooperative Group (DBCG).
Cold S, During M, Ewertz M et al.
Br J Cancer. 2005 Sep 19;93(6):627-32.

-Analyse : "Initiation de la chimiothérapie adjuvante des cancers du sein : pas d'urgence apparente." (France-Cancer)



- Influence of timing of initiation of adjuvant chemotherapy over survival in breast cancer: a negative outcome study by the Spanish Breast Cancer Research Group (GEICAM).
Jara Sánchez C, Ruiz A, Martín M and al.
Breast Cancer Res Treat. 2007 Jan;101(2):215-23. Epub 2006 Jul 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Epidémiologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article