Dépression et cancer : une prévalence moins élevée que ce que l'on croyait..(?).

Publié le par C Bohec

Alex Mitchell Nicholas Meader et coll. viennent de publier les résultats d'une méta-analyse de 94 études indépendantes, chez 14 078 patients.

Ils ont trouvé qu'un syndrome dépressif était présent chez 1/6 (16%) des patient(e)s atteints de cancer et des troubles de l'humeur liés à la dépression chez 1/3 d'entre eux.

Sa prévalence toute formes de dépression confondues (légères, modérées ou majeures) atteint 24% dont 14,3 % de formes majeures et 30% en services hospitaliers (ce qui entre nous est très loin d'être négligeable, même si on s'y attend).

Dans le cadre du cancer, la présence d’une dépression peut limiter l’observance, prolonger le séjour à l’hôpital, voire affecter la survie (et fortement affecter la qualité de vie rajouterais-je ...). 

Selon les auteurs c’est donc un paramètre important à dépister en étant particlulièrement attentif à la détresse,  aux activités de la vie quotidienne, à la qualité de vie, aux besoins non respectés et aux désirs d’aide. »

 

Résumé de l'article dans le quotidien du médecin (réservé aux inscrits, inscription gratuite)

 

« The Lancet Oncology », en ligne le 19 janvier 2011, doi :10.1016/S1470-2045(11)70002-X.

 

Relativisant cette approche très normative et très "soignants" un article à lire absolument : "Non, Je n'ai pas le moral, et alors?" d'Anouchka sur la maison du cancer

 

 

Publié dans Patients

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article