Cancer du col : vaccination pourquoi pas, test HPV peut-être dans certains cas , frottis SUREMENT

Publié le par C Bohec

Le cancer du col de l'utérus provoque près de 1000 décès par an en France. Pourtant, il est possible grâce au dépistage, de détecter des lésions précancéreuses et cancéreuses du col et de pouvoir ainsi mieux soigner, voire prévenir l'apparition d'un cancer. Le dépistage par frottis est   recommandé tout les 3 ans aux femmes âgées de 25 à 65 ans, est majoritairement individuel et repose sur l'initiative du gynécologue, du médecin traitant ou de la sage-femme.

"S’il est un domaine dans lequel les pressions commerciales ne se soucient guère des données de la science, c’est bien le dépistage du cancer du col de l’utérus. Les tentatives pour implanter les tests HPV en lieu et place du dépistage par frottis ne cessent pas". c'est ainsi que commence l'article de JD Flaysakier sur son blog.

A juste titre il détaille les tenants et les aboutissants des pressions actuelles tendant à imposer des tests HPV  quel que soit l'âge en lieu et place d'un dépistage par frottis qui a démontré son efficacité et qui n'est actuellement pas optimum (certaines femmes en font trop souvent d'autres pas assez ou pas régulièrement).

Il est à noter que la haute autorité de santé avait déjà en 2004 souligné l'intérêt potentiel du test HPV mais soulignait que si le test HPV associé au frottis offrait des perspectives prometteuses, le test HPV seul à la place du frottis cervico-utérin n’était pas justifié. 

Les spécialistes européens sous la conduite du Pr Marc Arbyn, de l’Institut de santé publique de Bruxelles, souhaitent qu’avant 35 ans, les femmes bénéficient d’un dépistage classique par frottis.
Ils recommanderont l’utilisation du test HPV seulement chez des femmes un peu plus âgées

Publié dans Dépistages

Commenter cet article