15% des Français souffrent d'une affection de longue durée

Publié le par C Bohec

http://www.securite-sociale.fr/images/logosecu.gifDans son dernier rapport, le Haut conseil pour l'avenir de l'assurance maladie soulève la question des affections de longue durée, qui représentent désormais 59% des dépenses de remboursement, contre 42% en 2002.

 

S'il n'est donc pas question de "culpabiliser" telle ou telle partie de la population, le Haut conseil pour l'avenir de l'assurance maladie considère néanmoins que la question des ALD reste posée.

Le nombre de personnes prises en charge à 100% au titre d'une ALD a en effet progressé encore de 4,2% en 2009, pour atteindre 8,63 millions d'individus (15% de la population). Le nombre de nouveaux malades admis en ALD progresse encore plus rapidement, avec une hausse de 6,5% en 2009, soit 1,25 million de nouveaux cas. Entre 2002 et 2009 - soit en moins de dix ans -, la part des ALD est ainsi passée de 42% à 59% du total des dépenses de remboursements, et les dépenses correspondantes atteignent désormais 78 milliards d'euros.

Cette croissance très rapide s'explique par plusieurs raisons : le vieillissement de la population, mais aussi la progression rapide de certaines maladies liées à la sédentarité (comme le diabète), l'augmentation du nombre de cancers, ou encore l'amélioration du dépistage des ALD.

le Haut conseil pour l'avenir de l'assurance maladie préconise d'étudier la possibilité de passer progressivement - notamment pour les personnes âgées en ALD - à un système où le financement de certains actes ou la définition de certaines enveloppes de fonctionnement seraient liés à des formes plus coordonnées de délivrance des soins.

Lire la suite du résumé du rapport sur hôpital.fr

Télécharger le rapport

Publié dans Santé Publique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article